Pages

vendredi 3 juin 2011

Pas un, mais deux!

Voici les deux partenariats que je viens d'obtenir :

Résumé : Un tueur sévit à travers le monde, avec des cibles pour le moins singulières : médecins, militants des droits de l’homme, avocats… Tous œuvrent pour le bien. Les meurtres sont d’autant plus étranges qu’une marque représentant une suite de nombres indéfinissables figure chaque fois sur le dos des cadavres.  Niels Bentzon, négociateur au sein de la police de Copenhague, reconnu pour son talent, mais incompris par ses homologues, est persuadé que c’est au Danemark qu’aura lieu le prochain drame.  Mais qui peut être la future victime ?

Aidé par l’astrophysicienne Hannah Lund, Niels va tenter de décrypter les brûlures laissées sur les victimes.  Personne ne prend au sérieux ces deux personnages un brin fêlés, pourtant brillants, dont la quête devient de plus en plus impossible.  La clé de l’énigme réside dans ces chiffres – mais que signifient-ils ?  Qui est le mystérieux assassin et que cherche-t-il à montrer ? Véritable «page-turner», Le dernier homme bon combine profondeur psychologique, action et suspense jusqu’au dénouement qui surprendra plus d’un lecteur!

Grâce à 


Et
1995, région des Grands Lacs. Jim Fergus rend visite à sa grand-mère, Renée, 96 ans.  Fille d'aristocrates français désargentés, mariée trois fois, celle-ci a connu un destin hors du commun, qui l'a menée de son petit village natal de la région de Senlis jusqu'aux États-Unis, en passant par les sables de l'Égypte.  D'un caractère entier, froide et tyrannique, elle a brisé la vie de sa famille, en particulier celle de sa propre fille, Marie-Blanche, la mère de Jim.  Pour essayer de la comprendre, et peut-être de lui pardonner, celui-ci va tenter de retracer son parcours.

En parallèle, à travers le journal intime de sa mère, l'écrivain nous fait entrer dans l'intimité de celle-ci.  Internée en 1966 dans un asile de Lausanne, Marie-Blanche se souvient de sa vie, commencée comme un conte de fées, mais qui prit peu à peu des allures de tragédie.

Jim Fergus s''inspire ici de son histoire personnelle pour nous offrir une saga familiale bouleversante.  À la façon de Dalva, de Jim Harrison, il inscrit l''intime dans l'Histoire et nous présente d'inoubliables portraits de femmes dans la tourmente.  On retrouve surtout dans cette fresque qui s'étend sur un siècle et trois continents toute la puissance romanesque de l'auteur de Mille femmes blanches associée à une force d'émotion rare.

Grâce à


MERCI!!!!

3 commentaires:

Sophie a dit…

Le 1er me tente beaucoup (j'ai hâte d'avoir ton avis) et je ne devrais pas tarder à lire le second car je l'ai gagné à un concours.
Bonne(s) lecture(s) Opaline !

Joelle a dit…

J'ai lu le premier roman de Jim Fergus et j'avais été un peu déçue mais j'attends avec intérêt ton avis sur son dernier titre !

belledenuit a dit…

Le 1er me tente beaucoup. Du coup, je vais surveiller ton prochain avis :)

NB : Ton blog est superbe. Surtout ne change rien ! :D